L’HISTOIRE DU LANGUEDOC

Le vignoble Languedocien au 19ème siècle

Vous êtes actuellement dans le plus grand vignoble, en superficie, du monde !

La vigne pousse ici depuis les Romains, leur influence a inspiré notre gamme Savignus.

Le vignoble s’étend et à la veille de la Révolution française, autour de Béziers, environ 50% des terres sont couvertes de vigne.

Dans la seconde moitié du 19ème, le vin, dont les techniques de conservation on été améliorées, résiste aux transports et conquiert de nouveaux marchés.

C’est l’age d’or de la viticulure.

Le vin du Languedoc, avec ses grosses productions et ses canaux de distribution adaptés (canal du Midi, ligne Bordeaux-Sète en 1857), est distribué dans tout le pays.

Les vignerons de la plaine biterroise décuplent leur fortune. Mariages et dots unissent les domaines.

Les grandes familles biterroises font alors construire des manoirs ou folies (une centaine!), où elles partent l’été jusqu’aux vendanges puis la chasse.

Les maladies et le Phylloxera

Phylloxera vastatrix (du latin vastatrix « dévastateur). C’est un parasite MORTEL pour la vigne. Ce puceron a changé la viticulture française.

Originaire des États-Unis il provoque une crise très grave du vignoble européen et ravage le Languedoc dès 1872.

Des charlatans proposent les remèdes les plus divers, tous plus inefficaces les uns que les autres… Au début des années 1880, les trois quarts du vignoble français ont disparu !

Quelques tentatives: Submersion des vignes, lutte chimique avec le sulfure de carbone et le recours aux vignes américaines. Cette dernière sera une solution mais pas un traitement.

Il faut 30 ans pour sortir de cette crise.

L’avenir pour le vin Languedocien

Le Languedoc poursuit sa révolution…

Les modes de consommation ont changés, la production de vins s’est internationalisée.

Depuis le début des années 1980, le vignoble connaît un grand remaniement tant quantitatif que qualitatif. Le Languedoc se réapproprie son terroir et entreprend une restructuration générale de son vignoble.

Cette stratégie qualitative de restructuration du vignoble languedocien aboutit à la classification progressive de son terroir en diverses Appellations d’Origine Protégé (AOP) et Identifications d’Origine Protégé (IGP), garantes de la qualité et de l’authenticité des vins.

La crise et la Révolte de 1907

De 1858 à 1906 la production en volume grimpe de façon constante, et le prix moyen de l’hectolitre diminue de moitié en dix ans, entre 1897 et 1907.

Cette surproduction qui entraine un appauvrissement du viticulteur, tient à des facteurs bien connus, qui sont l’importation des vins algériens, l’accroissement du rendement, et la production des vins artificiels.

A ces trois causes essentielles, s’ajoute l’absence d’organisation du marché.

En 1907 c’est la révolte!

Prospérité et déclin – Du 19eme au 20eme siècle

Le Canal du Midi inauguré en 1681 et plus tard en 1855, le chemin de fer apportent une richesse sans précédent à la Région mais ce bel essor est brutalement interrompu par une attaque généralisée d’oïdium puis de Phylloxéra qui anéantit le vignoble.

La viticulture se reconstruit autour des vins de table pour assurer l’approvisionnement en vin d’une population qui consomme du vin au quotidien.

Au milieu du XXème, la viticulture méditerranéenne connaît des transformations économiques et techniques importantes.

La reconversion qualitative se met en marche.